Menu
OUVERT DU
LUNDI AU VENDREDI
de 9h00 à 19h00
SAMEDI DE 9h à 12h
Consultation à domicile possible
Massage bébés et femmes enceintes

Yoga du rire
1 fois par mois de 18h00 à 19h00
Atelier à thème
chaque mois de 18h00 à 20h30
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L’angoisse et l anxiété sont de la même famille émotionnelle que la peur

L’angoisse et l anxiété sont de la même famille émotionnelle que la peur

Le 05 juillet 2019
L’angoisse et l anxiété sont de la même famille émotionnelle que la peur

« Nous ne voyons pas le monde comme il est, nous le voyons comme nous sommes. »  Anaïs Nin

« Malaise physique et psychique né du sentiment de l’imminence d’un danger réel ou imaginaire » est la définition du  Robert pour l’angoisse

Tout d’abord, angoisse et anxiété ont une même racine étymologique , le mot latin "angere", qui signifie serrer et qui renvoie aux conséquences physiques de nos états mentaux.

Elles appartiennent  à une même famille émotionnelle, celle de la peur 

Angoisse et anxiété en sont l’anticipation - on redoute un danger avant qu’il ne survienne -  ou peuvent en être la conséquence comme les séquelles d’un choc psychologique

En général, on parle d’angoisse pour renvoyer à une expérience psychologique ponctuelle, déstabilisante et intense, faite d’un sentiment de perte de contrôle et d’imminence d’un danger grave.

L’angoisse s’accompagne le plus souvent de signes physiques pénibles

Oppression thoracique et gêne respiratoire, accélération cardiaque, sensations de boule dans la gorge et l’estomac…

« Au plus fort d’une crise d’angoisse, il n’est pas rare que l’on puisse éprouver un sentiment de "déréalisation", une impression de sortir de soi-même, de n’être plus tout à fait dans la réalité. » écrit le Dr Christophe André

C’est comme si le monde familier perdait son sens habituel : les choses les plus simples prennent un aspect bizarre, déroutant, inconnu.

C’est comme si nous nous observions, étrangers à nous-mêmes, accomplissant des gestes quotidiens avec le sentiment d’être une marionnette

 Les attaques de panique, ressenties notamment par les personnes agoraphobes, en représentent un exemple assez pur : tout à coup, la personne se sent envahie par un malaise physique incontrôlable, et a le sentiment qu’elle va mourir sur le champ ou devenir folle

Préoccupations inquiètes de l’avenir, aiguë (l’angoisse) ou chronique (l’anxiété), ces émotions  témoignent toujours du sentiment, plus ou moins conscient et justifié, de sa propre fragilité, de sa propre vulnérabilité, du sens de son existence, de la peur de la mort

La question du « sens de l'être » amène à explorer la structure d'un nouveau concept : celui d'« être au monde »

Le phénomène de l’angoisse a été étudié et décrit par Heidegger, philosophe allemand

La question du « sens de l'être » l'amène à explorer la structure d'un nouveau concept : celui d'« être au monde ».  Pour lui, l’angoisse est à la fois « une fuite loin de soi et un mode d’être inauthentique ». L’angoisse révèle alors que c’est nous-mêmes que nous évitons et c’est par l’angoisse que nous fuyons : parce qu’au travers de l’angoisse, nous sommes confrontés à nous –mêmes

« Aller sur la lune, ce n'est pas si loin. Le voyage le plus lointain, c'est à l'intérieur de soi-même » Anaïs Nin

La sophrologie nous permet cet acte de focalisation sur l’aspect positif de ce qui est en train de se vivre, ici et maintenant,  en chacun de nous, alors le sentiment d’exister sera renforcé, un sens sera donné à la totalité de notre existence sans passer par l’apparition de cette angoisse, projection  de notre mental dans le futur, donc source de  souffrance

La sophrologie permet un redéploiement existentiel dans la conscience de ce qui se vit: cette conscience sophronique qui donne un sens à ce qui se vit dans le présent

Les séquelles d’un choc psychologique peuvent être débloquées par les techniques DECEMO

Le Patio

19 rue Victor Hugo
83270 St Cyr sur Mer

Voir le plan d'accès
Newsletter